TAXES : 3 utilités, 7 problèmes.

Beaucoup de personnes se plaignent des taxes ou d’être trop taxés,… et c’est à première vue, normal étant donné que celles-ci viennent diminuer le portefeuille des citoyens.

Mais en y regardant de plus près, ou de plus loin, les taxes ont des côtés positifs.

Les taxes ont 3 utilités :

1) Partager les richesses

Plus on gagne, plus on est taxé.

Les taxes sont ou devraient être proportionnelles aux revenus des citoyens.

Exemple :

Les premiers 8.350 € 25 %
De 8.350 € à 11.890 € 30%
De 11.890 € à 19.810 € 40%
De 19.810 € à 36.300 € 45%
A partir de 36.300 € 50%

 

Redistribution des richesses

Allocations de chômage, allocations d’invalidité, primes à l’isolation, allocations familiales, remboursement des soins de santé,…

 

2) Financer des services et travaux publics

Construire et rénover les routes.  Construire et rénover les chemins de fer.

Payer les policiers, enseignants, les fonctionnaires,…

3) Influencer les comportements

Exemples :

Accises + TVA 21% sur l’alcool, le tabac, le carburant, les sodas  pour décourager  les personnes à consommer ces produits.

Tandis que l’eau et le pain ont une TVA réduite à 6%.

 

Alors, quel est le problème des taxes ?

1) Les taxes touchent les plus pauvres

Les plus pauvres qui consomment du carburant, qui fument, qui consomment de l’alcool sont taxés de manière que les plus riches.

Les faibles revenus sont moins taxés, mais le sont quand même, alors qu’ils gagnent peu.

Les produits de consommation indispensables sont aussi taxés.

2) Gaspillage de l’argent public

Beaucoup de dépenses sont contestables.

Exemples :

Dépenses publiques luxueuses (voitures, bâtiments, voyages pas toujours utiles,…)

Pas de contrôle de l’argent dépensé : les fonds pour le développement sont détournés pour acheter des armes (cfr génocide du Rwanda de 1994)

Un même travail (construction d’un entrepôt)  sera souvent plus cher s’il est effectué pour l’administration, que s’il est effectué pour une entreprise privée. Pourquoi ?

3) Revenus et richesses des élus

Les revenus et privilèges de beaucoup d’élus sont élevés, ce qui énerve la population.

Les élus peuvent se voter leur propre salaire.

Certains élus cumulent leurs fonctions et leurs salaires

Certains élus se laissent influencer et remerciés par des entreprises privées (lobbying)

4) Les richesses échappent à l’impôt

Beaucoup d’entreprises et de millionnaires qui font d’énormes bénéfices arrivent à payer très peu d’impôts, grâce à « l’optimisation fiscale », grâce à la concurrence entre pays,…

Les bénéfices colossaux du capital, des placements boursiers échappent à l’impôt ou sont très peu taxés.

Le capital des riches augmente chaque année, les dettes des pauvres aussi…

Le principe capitaliste des intérêts induit qu’une personne qui a 100 € aura 103 € dans un an, tandis qu’une personne qui a une dette de -100 € aura une dette de -105 € dans un an.  Ce principe de base entraine l’augmentation des richesses des riches, et l’augmentation de la pauvreté des pauvres.

Ceci dit, ce principe est sensé encourager l’épargne et décourager l’emprunt.

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/01/19/la-concentration-des-richesses-dans-le-monde-en-graphiques_4558914_4355770.html

5) Abus de solidarité

Plusieurs personnes abusent des allocations :

– faux domicile pour gagner plus

– travail au noir, pour cumuler avec les allocations de chômage

– maladie imaginaire pour toucher de la mutuelle

6) Taxe sur le travail, et non sur le capital

On taxe beaucoup le travail, et très peu le capital (revenus locatifs non taxés).

Mon principe de base est que « Tout salaire mérite travail ».  Or, un capital, n’est pas une travail et ne mérite donc pas de salaire !

 

7) Taxes cumulées ou abusives

Le même objet est souvent taxé plusieurs fois.

Exemple : une maison qui change de propriétaire tous les 5 ans sera taxée à 12,5% à chaque changement de propriétaire, ce qui fait augmenter le prix de l’immobilier

Un boulanger qui vend son pain a payé des taxes sur la main d’oeuvre, sur l’achat, sur l’électricité, sur le bâtiment pour le produire et doit encore augmenter le prix de 6% de tva.  Le bénéfice final sur un pain de 2,20 € est fortement réduit.

Témoignage d’un boucher : « Il y a une tva sur l’équarrissage(os, graisses), donc 2 x car il y en a déjà une sur la viande pesée lors de la sortie de l’abattoir, une sur le papier d’emballage, une sur une cotisation si une côtisation (fost plus), une sur l’analyse des viandes hachées sans parler des autres cotisations et taxes dues à l’Afsca, inspection vétérinaire, analyse viande hachée, apac-w, équarrissage, etc, etc, etc. Je suis percepteur de taxes non rémunéré et si je me trompe = amende. En résumé, 5 tva de 6 à 21%. Elle est pas belle la vie? »

 

Conclusion

  1. Les taxes sont utiles et doivent continuer d’exister.
  2. Moins de taxes = moins de solidarité = moins de services publics
  3. Le problème ne provient pas tellement des taxes, mais de ce que l’on en fait.
  4. Il faut diminuer les taxes pour les plus pauvres, et augmenter les taxes sur les plus riches, et sur le capital.
  5. Les pays les plus taxés sont les pays qui ont le moins de pauvreté et la meilleure sécurité sociale.

Le taux de pauvreté moyen des 27 pays européens en 2011

Pays Taux de 60%
(Pauvreté)
Taux de 50 % Taux de 40%
(Très grande pauvreté)
Grèce 23,1 % 16,0 % 10,6 %
Espagne 22,2 % 15,3 % 10,5 %
Italie 19,4 % 12,2 % 7,7 %
Portugal 17,9 % 11,5 % 6,6 %
Pologne 17,1 % 10,5 % 5,5 %
Moyenne des 27 pays Européens 16,9 % 10,3 % 5,8 %
Royaume-Uni 16,2 % 9,3 % 5,2 %
Allemagne 16,1 % 9,6 % 4,2 %
Belgique 15,0 % 8,0 % 3,7 %
Suède 14,1 % 7,8 % 4,2 %
France 14,1 % 6,9 % 3,2 %
Hongrie 14,0 % 8,2 % 3,7 %
Danemark 13,1 % 7,7 % 5,0 %
Norvège 10,1 % 5,7 % 3,4 %
Pays-Bas 10,1 % 5,2 % 2,4 %

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
EVALUEZ CET ARTICLE
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments

  • Martine Doyen dit :

    En faisant les comptes, est-il encore intéressant de travailler si on a un revenu entre 1500 euros et 2500 euros net pour le ménage ?
    Je me pose la question en voyant que certains allocataires peuvent s’offrir ce que je ne peux pas.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *