Caca dans le pot, tutute dans le lit.

J’aimerais vous relater ici mon expérience pour éduquer mes 3 jeunes enfants aujourd’hui âgés de 6 ans, 4,5 ans et 19 mois  (en juillet 2008).

Caca dans le pot

Très tôt, dès 8 mois pour les deux premiers (garçons) et dès 6 mois pour notre troisième (fille), nous avons décidé de mettre nos enfants sur le petits pots et ceux-ci ont très vite pris l’habitude de faire leurs besoins dans le pot.

Pourquoi ?

1) Je trouve que c’est une « punition » d’obliger un enfant à faire ses besoins dans un lange.  Aimeriez-vous faire vos besoins dans un lange ?  J’entends dire parfois le contraire, à savoir que ce serait une punition de le mettre si jeune sur le pot. Je ne suis pas d’accord.

2) Nous rendons le moment du pot très agréable : nous donnons des livres, nous jouons avec, nous restons à côté et l’enfant apprécie ce moment.

3) Puisque nous savons plus ou moins quand l’enfant fait ses besoins (après les repas), pourquoi ne pas le mettre sur le pot, pourquoi lui laisser son lange ???

4) Dans le temps, les chaises étaient trouées pour permettre à l’enfant de faire ses besoins « pendant le repas ».  Et à cette époque on trouvait cela tout à fait normal.  Pourquoi en serait-il différent avec les bébés d’aujourd’hui ?  Les mentalités ont pris l’habitude excessive du lange.

5) Grâce à cette méthode, nos enfants sont assez vite propre car ils ont appris tout petit, qu’il y a un endroit où ils peuvent se relâcher et d’autres moments où il est plus désagréable de se relâcher et donc qu’il vaut mieux se retenir.  Nos deux garçons (les deux ainés) ont été propre (en journée) à 2 ans tandis que notre troisième (fille) a battu les record puisqu’à 18 mois, elle est propre en journée et même pendant la nuit.

Alors que beaucoup de famille ont beaucoup de mal à habituer leur enfant de 2 ans à aller sur le pot, car l’enfant a pris l’habitude du lange et ne souhaite plus changer.

Tutute dans le lit

Autre habitude que nous avons prise très tôt, celle de laisser dès 3 à 6 mois la tutute dans le lit.

Pourquoi ?

1) L’enfant apprécie ainsi d’aller au lit.  Il s’endort rapidement.

2) Nos deux grands ont quitté la tutute assez rapidement et naturellement vers l’âge de 2,5 ans.

3) Pour la troisième c’est un peu différent.  Nous avons voulu changer le type de tutute et elle pris l’habitude de la prendre à l’envers, ce qui est (d’après nous) encore plus mauvais pour son palais, ses dents et sa langue.  Nous avons donc décidé à 19 mois, de lui retirer entièrement la tutute.  Il faut tenir 2 jours et acceptant des pleurs de 3/4 d’heure avant (et pendant) la nuit tout en allant rassurer l’enfant régulièrement (tous les quarts d’heure) mais en tenant bon et lui disant à voix haute qu’elle n’aura plus de tutute.

Résultat : après deux nuits et une sieste sans tutute, elle ne la réclame plus et se couche sans pleurs.

Mon principe est le suivant :  L’enfant a tout ce qui lui faut pour être heureux et vivre; elle a à manger, à boire, et a beaucoup d’amour de sa maman et de son papa; il ne lui faut rien d’autre pour vivre; la tutute est donc superflue.  Si la tutute a un rôle rassurant, on va compensé ce rôle en lui montrant qu’on l’aime et qu’on est là près d’elle en allant la réconforter pendant la nuit.

Chambre séparée :

Dès le premier jour à la maison, l’enfant a dormi dans une chambre séparée.

« Gâter » quand c’est utile

Les enfants (adolescents) les plus difficiles, les plus capricieux, les plus paresseux et les plus irrespectueux sont souvent des enfants (adolescents) trop gâtés, que l’on n’a jamais fait travailler, à qui on a toujours tout fait, tout payé directement.

Voici quelques exemples de « gâteries » utiles :

– acheter un bac à sable, un go-kart, une trottinette, un vélo, un ordinateur, des jeux de société, un ballon, un frisbee, des raquettes de badminton, des Duplo, une poupée, des livres,…

Ces jeux dévelppent la créativité, la psychomotricité, la logique, l’orientation spatiale, la sociabilité, le développement intellectuel, la lecture, les calculs (dés),…

– Inscrire ses enfants à des clubs sportifs, à la musique, au théâtre, à la piscine,…  : cela développe la psychomotricité, l’orientation spatiale,

– Inscrire à la musique et au théâtre

– Inviter des copains : cela développe le sens de la négociation, du compromis, la sociabilité

Voici quelques exemples de « gâteries » inutiles et à modérer.  Elles n’apportent rien et peuvent même être néfaste au développement.

– Acheter des friandises, des sucreries, des glaces,…

– Les play-station, jeux vidéos, la TV et le gsm : À forte dose, ces jeux rendent associables, dépendants et surtout empêchent les enfants de s’occuper autrement, de soccuper plus physiquement.  Ils « tuent » l’imagination et la dépense physique (sens de l’effort).

– Les limonades et cocas ne sont pas utiles.  À consommer avec modération, uniquement pendant les fêtes.

VN:F [1.9.22_1171]
EVALUEZ CET ARTICLE
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *