Comment motiver ses élèves à écrire chaque semaine ?

Après plusieurs années d’enseignement (11 ans), je suis de plus en plus convaincu que « écrire des textes » reste la meilleure activité pour progresser en orthographe, conjugaison, grammaire, structures de phrases, élaboration et structuration d’idées,…

En faisant écrire un enfant tous les jours, je développe chez lui toutes ces compétences en une fois.  Ce qui rend la tâche de l’enfant et la correction de l’enseignant très complexe.

C’est pourquoi, cette année, j’ai décidé de les faire écrire « tous les jours » et d’obtenir un texte fini chaque semaine.

Écrire et inventer est amusant pour un enfant.  Ce qui est plus ennuyant, ce sont les vérifications, les relectures, les réécritures, les corrections de texte.

Pour motiver les enfants à obtenir un texte fini sans « erreurs », je leur propose de publier leurs inventions sur internet et d’écrire dans un cahier de textes pour la « fête du texte », moment agréable où l’on communique ses écrits aux autres de la classe, soit oralement, soit par l’échange de cahiers.  

Pour lire les productions des enfants de 2e année : http://2.actiprim.com

Pour lire les productions d’enfants de 5e-6e : https://sites.google.com/site/actiprim/5-6-un-texte-par-semaine

 

Après 27 semaines et 27 textes, j’ai demandé aux enfants d’écrire leur opinion concernant les rédactions hebdomadaires.

Je suis agréablement surpris du plaisir que les élèves prennent à écrire chaque semaine.  Ils semblent également prendre conscience de leurs progrès et de l’utilité de cette activité.

On a souvent tendance à croire que les enfants (et les adultes) n’aiment pas écrire (les rédactions).  Mais ils adorent inventer, exprimer leur vécu, donner leur avis, communiquer et écouter l’autre durant la fête du texte.  L’écriture à deux semble aussi plaire à une grande partie d’enfants.

Bref, ce succès m’encourage à poursuivre cette initiative les prochaines années.

 

Si vous avez envie de tenter l’expérience, n’hésitez pas.

Voici les ingrédients pour la réussir :

1) Consignes d’écriture motivantes :

– textes et histoires à inventer, à imaginer

– textes pas trop longs (maximum 150 mots)

2) Écrire à deux :

    – collaboration, entraide et l’échange des connaissances.

– moins de textes à corriger pour l’enseignant

3) Pas d’évaluation sommative, pas de points (ou une fois toutes les 6 semaines pour le bulletin)

– proposer des améliorations sans sanctionner le travail fourni.

4) Communiquer le résultat

– via la fête du texte (Pour agrémenter cette fête, on peut entrecouper l’échange de textes par de la musique.  Le lieu et la disposition des enfants peuvent aussi être différents. )

– via internet

– via le journal de l’école

– via la correspondance

5) Limiter les corrections et les interventions de l’enseignant :

     – S’interdire de corriger avant que le groupe n’ait relu et nettoyé plusieurs fois le texte                 (avec leurs référentiels).

Les premières intervention peuvent être uniquement orales :

« Relisez le texte en vérifiant tous vos « -é -er -ez » et vos « a –     as  – à »

– L’écriture à deux permet de réduire considérablement le nombre de textes.

– Proposer des textes courts (maximum 150 mots).  C’est aussi plus motivant pour les enfants.

– Rendre les enfants autonomes en les habituant à utiliser des outils d’autocorrection

 

Bruno Dobbelstein

VN:F [1.9.22_1171]
EVALUEZ CET ARTICLE
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *